baniere du site

LES PIÈCES 

A+B=X (1997)

Présentation

Création originale Londres été 1997
Première le 4 Decembre 1997
Arsenic – Festival Les Urbaines Lausanne

55 minutes

Chorégraphie Gilles Jobin
Musique Franz Treichler and The Young Gods
Lumière Daniel Demont
Danseurs 1997 Ana Pons Carrera, Gilles Jobin, Nuria de Ulibarri
Danseurs 2014 Ruth Childs, Susana Panadès Diaz, Bruno Cezario
Apparitions dans le film Franko B, Ana Pons Carrera, Gilles Jobin, Nuria de Ulibarri
Films super 8 Gilles Jobin
Camera Pau Ros, Ulrich Fisher
Régie lumière Marie Predour
Régie son Gilles Jobin

Production 1997 Artsadmin - Londres
Coproduction Théâtre Arsenic Lausanne, Zürcher Theater Spektakel, Zurich, Maison des Arts Thonon-Evian, FAR Festival des Arts Vivants, Nyon
Avec le soutien de Pro Helvetia Fondation Suisse pour la Culture, Loterie Romande, Migros, Corodis, Canton de Vaud, Ville de Lausanne

Production 2011 Cie Gilles Jobin - Genève
Avec le soutien de Centre Culturel Suisse Paris, Loterie Romande, Festival Lattitudes Contemporaines Lille
La Cie Gilles Jobin bénéficie d’une convention de soutien conjoint de la Ville de Genève, de la République et Canton de Genève et de Pro Helvetia.
Gilles Jobin est artiste associé à Bonlieu Scène nationale, Annecy


A+B=X ou trois corps-sculptures évocateurs de nos propres fantasmes. Gilles Jobin s’inspire de la complexité de l’esprit humain et de sa relation avec le corps. Une équation corporelle qui se joue de tout langage prédéfini et questionne les fondements de la représentation des corps.

Corps hybrides démystifiés où l’identité est dérobée et la sexualité brouillée. Les corps androgynes, baignés d’un voile de lumière obscure, contrastent avec les sonorités industrielles qui rythment les images. Le corps humain devient objet d’art vivant sans s’exposer dans sa nudité intégrale. Un étrange paysage se dessine par les contours des formes qui s’offrent au regard. Les corps nus se nouent, se contorsionnent, se meuvent, se figent et se délacent dans une intense plasticité indolente.

Déchargées de sens, les images libèrent leur pouvoir de suggestion et deviennent génératrices de nos propres chimères.